quels travaux faire contre les déperditions thermiques

Lassé de payer des factures d’énergie absurdes chaque fin du mois vous envisagez de rendre votre logement moins énergivore, plus confortable et performante ? Eh bien, il est temps que vous vous lanciez dans les travaux de rénovation énergétique de votre logement. Les travaux de rénovation énergétique font partie intégrante du projet écologique soutenu activement par le gouvernement dans le but de réduire les déperditions massives d’énergie dans les ménages ainsi que les menaces que cela représente pour notre environnement. Quelles sont les bonnes raisons de se lancer dans de tels travaux ? Quels sont les principaux travaux qu’il faut réaliser ?

6 bonnes raisons de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique

Les raisons de se lancer dans les travaux de rénovation énergétique sont multiples. On distingue notamment

Economie de 10 à 15% sur votre facture d’énergie

Pour améliorer l’efficacité énergétique de votre habitat, l’idéal serait d’engager une entreprise Reconnue Garante de l’Environnement (RGE). Cette dernière procédera aux travaux de rénovation de votre logement avec efficacité et professionnalisme et vous aidera à réaliser de grandes économies sur vos prochaines factures de chauffage. Aussi faut-il notifier que les économies augmentent en fonction du nombre de chantiers. Ainsi, en vous limitant à de simples travaux de rénovation, notamment ceux d’isolation, vous pouvez économiser entre 10 et 15 % de votre facture d’énergie. Mais, en ajoutant à ces derniers des appareils utilisant des sources d’énergie renouvelable comme les panneaux photovoltaïques, vois pouvez diminuer considérablement la quantité d’énergie consommée annuellement. Il vous est par ailleurs possible d’atteindre avec ces mêmes sources l’autosuffisance énergétique : votre bâtiment sera donc classé BEPOS (bâtiment à énergie positive). En plus de l’avantage financier, vous aurez alors la grande satisfaction d’avoir contribué à la préservation de l’environnement pour les générations à venir.

Amélioration de l’empreinte de carbone

Pour limiter les émissions des gaz à effets de serres, il est important que chacun de son côté réduise sa consommation énergétique. En réduisant par exemple vos besoins de chauffage, vous contribuez à la lutte contre le réchauffement climatique. De plus, les isolants biosourcés tels que le lin, le chancre, le bois ou encore la plume sont très efficaces pour l’isolation des combles. Outre cet avantage, ils participent à la réduction de l’empreinte de carbone.

Apport significatif des aides publiques

Conscientes de la propension que prend le gaspillage de l’énergie domestique, les autorités publiques ont décidé d’encourager les particuliers à améliorer la performance énergétique de leur logement à travers de nombreuses aides. Ces aides consistent notamment à alléger leurs feuilles d’impôts. À titre d’exemple, nous avons : le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique) avec un taux de 30% du montant des travaux réalisés, l’éco-prêt à taux zéro ou encore les aides de l’ANAH (l’Agence Nationale d’Aide à l’Habitat). Les aides publiques jouent une partition non négligeable dans la promotion de la rénovation énergétique en ce sens qu’ils réduisent l’effort d’investissement du particulier, lui permettent de vite concrétiser son projet et d’être davantage ambitieux dans l’atteinte de l’efficacité énergétique.

Protection contre les fluctuations des prix des énergies classiques

D’aucuns espèrent toujours que dans un avenir proche ou lointain, les prix des énergies classiques que sont l’électricité, le gaz naturel, le fioul ou encore le bois sont appelés à être réduits. Bien au contraire, les coûts de l’énergie grimperont de manière exponentielle, en témoignent d’ailleurs les dernières prévisions qui évaluent à plus de 400% l’augmentation du prix d’électricité d’ici 2036. D’où l’intérêt de recourir aux sources d’énergie renouvelable (panneaux photovoltaïques, pompes à chaleur) qui vous rendront indépendants des fluctuations tarifaires susceptibles de toucher bientôt les énergies fossiles.

Vivre dans un cadre de vie sain

Grâce à la rénovation énergétique de votre habitat, vous résolvez plusieurs problèmes qui peuvent impacter négativement votre qualité de vie au quotidien. Avec les nouvelles méthodes d’isolation par exemple, le temps où vous étiez touché pas de fréquents courants d’air frais est désormais révolu. De plus, l’application des nouvelles normes acoustiques dans le processus d’isolation vous protège contre les bruits extérieurs. Ainsi, réaliser des travaux de rénovation énergétique, c’est opter pour une plus grande qualité de vie. Il est donc important de bien définir votre projet de rénovation énergétique et de bien choisir les professionnels auxquels vous confierez son exécution.

Augmentation de la valeur patrimoniale

Aujourd’hui, les acquéreurs de biens immobiliers font preuve d’une grande rigueur quand il faut choisir un logement. Ils font peser dans la balance la qualité d’isolation ainsi que l’efficacité énergétique du logement. Un mauvais diagnostic de performance énergétique (DPE) peut être un obstacle à la vente de votre bien immobilier ou constituer un argument pour l’acquéreur afin de négocier à la baisse le prix du bien immobilier. Pour information, sept sujets sur dix renoncent à visiter un bien immobilier étiquetté avec un mauvais DPE.

Qu’on le veuille ou non, les maisons ne respectant pas les nouveaux standards de construction et d’isolation seront difficilement valorisables dans un avenir proche. Ces normes sont imposées par la RT 2012 (Réglementation thermique 2012) qui a pris effet depuis le 1er janvier 2013. Tout récemment, la RE 2020, nouvelle réglementation thermique, impose de nouvelles normes de construction auxquelles les acheteurs veilleront dorénavant scrupuleusement avant d’acquérir tout bien immobilier. Les bâtiments répondant à ces critères seront donc plus performants, éco protecteurs et producteurs de leur propre énergie renouvelable. Quoi de plus normal que ces derniers soient bien cotés à la revente ?!

Dans quels travaux de rénovation énergétique faut-il s’engager ?

Bien qu’ils représentent un investissement très substantiel, les travaux de rénovation énergétique assurent à moyen terme une grande réduction du poids des dépenses énergétiques sur le budget annuel de votre foyer. Ce budget est occupé en moyenne par le chauffage qui prend une proportion de 2/3 des dépenses, la production d’eau chaude sanitaire avec une part de 10%, et enfin l’électricité qui s’arroge la proportion restante. Pour réduire efficacement la consommation énergétique, il faut d’abord mettre le doigt sur vos déperditions d’énergie, c’est-à-dire identifier les problèmes auxquels vous faites face dans le logement afin de savoir les solutions à y apporter.

L’enveloppe du bâtiment

Elle comprend l’isolation thermique, la ventilation et les ouvertures. Avant d’installer un nouveau mode de chauffage dans votre bâtiment, il est important de vérifier si ce dernier est à même d’optimiser la consommation d’énergie et limiter les déperditions thermiques. Après cette étape de vérification, vous pouvez débuter les travaux par l’isolation thermique de l’habitation. Elle comprend successivement l’isolation des combles par l’extérieur ou l’intérieur ; des murs, puis des sols, caves et planchers bas.

Grâce aux offres de Pacte énergie solidarité ou aux dispositifs tels que Coup de pouce isolation, les travaux d’isolation sont aujourd’hui accessibles à tous. Par ailleurs, pour une gestion efficace de l’air entrant et sortant, l’utilisation du VMC à simple ou double flux est en train de se démocratiser. C’est aussi un allié de taille dans la protection contre l’humidité.

Parlant des ouvertures du logement, il faut mentionner l’adoption des fenêtres à double ou à triple vitrage ou encore aux persiennes et volets qui sont très efficaces dans la limitation du soleil d’été. Si les rénovations sont importantes ou conduisent à l’agrandissement de l’habitation, il faudra réfléchir à un emplacement des ouvertures très profitable en hiver ; un emplacement qui vous offrira une chaleur gratuite durant cette saison.

Chauffage

Maintenant que votre maison est bien ventilée, bien isolée, il vous faut y installer un mode de chauffage performant, moins énergivore, écologique… Entre autres, vous pouvez opter pour :

  • Un mode de chauffage central utilisant notamment une pompe à chaleur, une chaudière biomasse ou une chaudière gaz à condensation qui sont reliées à des émetteurs à basse température ;
  • Des dispositifs de chauffage complémentaires tels qu’un poêle à granulés ;
  • Des systèmes capables d’utiliser plusieurs sources d’énergie et fonctionnant selon l’énergie disponible et les besoins en énergie du logement ;
  • Des systèmes de chauffage pour l’eau sanitaire associant la pompe à chauffage et le chauffe-eau solaire ou le ballon de chauffage ;
  • Des systèmes de régulation et de programmation assurant la sélection de la température optimale pour chaque pièce ainsi que la régulation de la consommation d’eau, de combustibles et d’électricité ;
  • L’installation des capteurs photovoltaïques pour bénéficier de l’énergie solaire et utiliser l’énergie électrique produite en autoconsommation.

Les contraintes n’étant jamais les mêmes lorsqu’on passe d’une habitation à une autre, il faut reconnaître qu’un mode de chauffage parfait pour une maison ne le sera pas forcément pour une autre. Pour faire un bon choix, nous vous conseillons de vous baser sur les critères suivants : le prix d’achat, le rendement et les aides financières publiques disponibles.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?