comment bien tondre sa pelouse

Le confinement a renforcé l’envie des Français d’avoir une maison avec jardin. C’est même devenu le critère numéro 1 de ceux qui sont à la recherche de leur résidence principale. Mais une fois heureux locataires ou propriétaires d’un espace vert, il convient désormais de savoir comment en prendre soin. Pour cela il est important d’être bien équipé et de connaître les règles de base.

Conseils pour bien s’équiper

Pour être bien équipé il convient d’acheter l’outillage de jardin adapté. Le choix va dépendra de la surface et de la configuration de votre pelouse. Deux options sont possibles : tondeuse à gazon et rotofil ou tondeuse à gazon et débroussailleuse.

La tondeuse à gazon

La tondeuse à gazon est l’outil de jardin que l’on pense à acheter en premier lorsqu’on se lance dans l’entretien de son jardin. C’est l’outil indispensable pour couper l’herbe en ayant une hauteur de coupe précise et régulière.

Savez-vous qu’il existe 3 types de motorisation :

  • La tondeuse manuelle : comme son nom l’indique, elle ne tond que sous la force de vos mains. Elle est d’ailleurs également appelée tondeuse à main ou tondeuse à bras. C’est la tondeuse la plus écologique et économique. En effet, elle ne nécessite pas de carburant ou de branchement électrique. Le moteur ce sont vos bras. La tonte dépend exclusivement de votre effort. Par votre poussée, les roues tournent et les lames présentent assurent la coupe du gazon. Elle est plutôt recommandée pour les petites surfaces, comprenez une pelouse de moins de 250 m².
  • La tondeuse électrique : la tondeuse électrique peut être filaire ou sans fil. L’achat d’une tondeuse sans fil implique donc l’utilisation de batterie. Veillez à bien prêter attention à leur autonomie afin de pas vous retrouver à devoir arrêter en pleine tonte. La tondeuse électrique est recommandée jusqu’à 600 m². Dans cette gamme à noter qu’il existe également le robot de tonte : comme l’aspirateur robot, il s’occupe de tout pour vous sans votre présence. Les modèles les plus aboutis permettent même de programmer son parcours afin qu’il puisse délimiter le terrain à tondre.
  • La tondeuse thermique : elle fonctionne avec un moteur à essence (deux temps ou quatre temps). Il faut donc prévoir l’essence, mais également de l’huile pour permettre de lubrifier le moteur.  Ce type de tondeuse est reconnu comme étant plus puissant. Attention cependant aux nuisances sonores qu’elle provoque. Veillez à respecter la réglementation en vigueur dans votre commune. Ce type de tondeuse s’avère presque indispensable si votre terrain fait plus de 1000 m².

Propulsion ou traction, que choisir ?

C’est l’une des questions à se poser pour choisir sa tondeuse. Quelle différence ? C’est l’entrainement des roues avant ou arrière. La propulsion implique que le mouvement est impulsé par les roues arrière et non les roues avant. La propulsion est une norme sur les tondeuses autoportées. Sur les tondeuses autotractées, il en existe encore en traction. Les tondeuses propulsion ont surtout un avantage dans le cas de terrain pentu ou disposant d’obstacles.

Le rotofil ou la débroussailleuse

Le rotofil est communément appelé coupe-bordure. Il vient en complément de la tondeuse à gazon, car son utilisation est recommandée pour les travaux de finition. Son principal avantage est sa maniabilité, car il ne nécessite qu’une seule main. Il permet également d’accéder aisément à des endroits difficiles d’accès. La coupe est permise grâce à une bobine de fil en nylon ou des lames en plastiques. Il est disponible en version électrique ou thermique. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter ce guide avant d’acheter un rotofil thermique.

La débroussailleuse est une version plus puissante (et donc plus chère) du rotofil. Cette puissance lui permet également de faucher et défricher le terrain, de s’attaquer aux ronces, arbustes et à toutes les herbes hautes ou denses.

Conseils pour réussir sa tonte

Disposer du bon outillage de jardin

Pour bien choisir son outillage de jardin, il convient de prendre en compte ses caractéristiques techniques telles que : hauteur ou largeur de coupe, puissance, le niveau sonore ainsi que son rangement. Cela vous permettra d’acquérir l’outillage qui répond à votre besoin.

La hauteur ou la largeur de coupe vous permettra d’avoir un résultat précis et qui répond à vos attentes. Il faut savoir que si votre herbe est haute, vous pouvez réaliser plusieurs passages avant d’atteindre votre hauteur de coupe optimale. Le faire en plusieurs étapes permet d’éviter tout bourrage de l’appareil.

La puissance va devoir être adaptée à la surface de votre pelouse ainsi qu’à son état général.

Le niveau sonore doit également être pris en compte. Veillez à faire attention à la législation en vigueur avant toute utilisation. L’utilisation des outillages à moteur est réglementée (évitez d’être accusés de troubles de voisinage).

Savoir quand tondre

Pour réussir sa tonte il convient de bien :

  • Cerner votre gazon : vitesse de croissance, hauteur et type sont les trois critères à prendre en compte.
  • Tondre au bon moment : la régularité de la tonte dépendra de la saison. Il est recommandé de tondre une fois par semaine au printemps, une fois tous les quinze jours en été et de faire une pause en hiver (sauf si l’hiver est doux, dans ce cas, il faut prévoir une à deux tontes). Il est également conseillé de tondre plus court en hiver qu’en été. Il ne faut pas tondre lorsque votre gazon est humide.

Gérer les déchets

Dernier point et non des moindres : la gestion des déchets de tonte.

Plusieurs cas possibles :

Cas 1 : La tondeuse dispose d’un système de ramassage des déchets

Elle dispose dans ce cas d’un bac permettant de les récupérer. À chaque fois que vous coupez l’herbe, elle est automatiquement rejetée dans le bac. L’avantage de cette technique est que cela vous permet d’avoir une pelouse propre et nette puisque vous n’aurez pas de dégradation des déchets sur le sol. L’inconvénient de cette technique est que vous privez votre sol de nourriture puisque la tonte lorsqu’elle est hachée finement permet de former une couche de protection.

Vous vous demanderez probablement : que faire des déchets ? Vous ne pouvez pas vous débarrasser de vos déchets de tonte en les considérant comme des déchets ménagers. Oubliez donc cette option. Il faut les traiter comme des déchets verts. Ils doivent donc allés en déchetterie. Pour les conserver chez vous les options sont de les mettre dans le compost, de les utiliser en paillis ou de les brûler pour récupérer les cendres, et ainsi bien préparer son jardin pour le printemps.

Cas 2 : La tondeuse ne dispose pas d’un système de ramassage des déchets

Dans ce cas, l’herbe coupée est rejetée sur le côté ou à l’arrière de la tondeuse. Ce n’est pas le système à privilégier si vous souhaitez avoir un résultat esthétique. C’est un système recommandé pour les terrains sur lesquels les tontes ne sont pas effectuées fréquemment. C’est également adapté sur un terrain prairie.

Cas 3 : La tonte mulching

Dans ce cas, le gazon est broyé finement grâce à une lame spéciale. Ce gazon est ensuite rejeté sur le sol. C’est un système avantageux puisque qu’on ne perçoit presque pas les déchets liés à la tonte, cela permet de nourrir le sol et de ne pas avoir à ramasser les déchets. On peut considérer que cette technique est la plus écologique et économique. Cette technique vous demandera plus d’efforts, car vous allez être obligé de tondre régulièrement. Dans le cas contraire, les déchets broyés pourraient former une couche trop importante sur votre pelouse.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?