8 minde lecture
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Insonorisation : tout ce que vous devez savoir pour insonoriser votre logement

L’insonorisation de l’habitation s’impose, lorsqu’on est confronté aux bruits émis par notre entourage. Par les temps qui courent, nous avons rarement droit au calme lorsqu’on habite en copropriété. Heureusement, grâce à la mise en place d’une insonorisation ou d’une isolation phonique efficace, on parvient facilement à maîtriser le dispersement du son dans les espaces, minimisant ainsi l’impact des nuisances sonores dans nos quotidiens.

L’insonorisation et l’isolation phonique sont toutefois deux notions que nous avons tendance à confondre. La rédaction a ainsi jugé utile d’apporter quelques éclaircissements dans ce dossier afin de vous aider à vivre plus sereinement dans un environnement calme.

Insonorisation et isolation phonique : quelles sont les différences ?

L’insonorisation est une opération visant à absorber les bruits aériens au moyen de matériaux spécifiques. Elle a pour finalité d’améliorer l’acoustique d’une pièce. Les mousses à pores ouverts transforment les bruits en énergie, ne laissant aucune chance à ces derniers de se propager. Grâce à l’insonorisation, on peut également supprimer ou limiter le phénomène de résonance lorsque les ondes sonores se répercutent sur les murs nus.

Quels produits sont utilisés pour insonoriser une pièce ?

Pour un meilleur ciblage des fréquences et en vue d’optimiser l’acoustique d’un local, on peut adjoindre des produits absorbants ou encore des bandes larges aux angles de la pièce. Les absorbants fréquemment utilisés dans le cadre d’une insonorisation sont les mousses alvéolées, à coller au mur ou au plafond. Assurant le même rôle qu’une mousse alvéolée, la mousse pyramidale diffère par son aspect.

Qu’est-ce qu’une isolation phonique ?

L’isolation phonique fait référence à l’acoustique architecturale et consiste à bloquer les bruits se propageant à travers l’air au sein des habitations mitoyennes. Mais avec de la mousse absorbante sur les murs, les bruits structurels sont peu atténués. En revanche, on obtient des résultats très appréciables lorsqu’on associe les absorbants en larges bandes ou les plaques de mousse avec des plaques bitumées ou des films pris en sandwich d’une certaine densité.

La mousse composite qui est une mousse dense, le carton et film bitumé absorbant les sons métalliques, les kits d’isolation pour murs… Ce sont autant de façons différentes d’obtenir une isolation phonique pour s’isoler des bruits du voisinage et empêcher ses propres bruits de déranger…

Comment optimiser l’insonorisation d’une maison ?

Pouvoir travailler tranquillement chez soi sans être obligé d’entendre la télé des voisins et écouter de la musique sans constamment avoir l’impression de déranger sont légitimes. Victime des nuisances sonores ou à l’origine du bruit, il existe des moyens simples, mais efficaces pour vous aider à réussir l’insonorisation d’une pièce.

Colmater les interstices

Le côté éphémère du son ne l’empêche aucunement de passer par les fentes et tout ce qui est interstice. Afin de bloquer les fuites de bruit, le scellant acoustique est votre principal allié pour combler les moindres brèches comme au niveau de l’éclairage, les interrupteurs, les climatiseurs ayant des unités situées à l’extérieur…

L’insonorisation avec les cloisons sèches

Dans les pièces de la maison particulièrement bruyantes, pensez à l’installation de cloisons sèches afin de les insonoriser. Vous en trouverez en plaques de plâtre phonique ou sous forme de panneaux de gypse.

La pose de panneaux acoustiques

Là où le bruit dérange le plus, posez ces matériaux tampon spécialement destinés à captiver les sons. Ils sont efficaces pour réduire la transmission de bruit à travers les parois comme les portes et les murs extérieurs.

Misez sur des portes insonorisantes

Pour une insonorisation parfaite de la maison, troquez votre porte en matériaux légers ou vos portes creuses par des portes conçues avec des matériaux insonorisants. Elles sont disponibles en bois lourd et en acier si les solutions onéreuses ne vous font pas peur. Les portes isolantes en panneaux de fibres ou composites constituent d’autres alternatives plus accessibles.

Remplacer les fenêtres

S’infiltrant de l’extérieur vers l’intérieur et vice versa, les sons se faufilent aisément à travers les fentes entourant les fenêtres. Pour y remédier, soignez l’étanchéification de ces ouvertures. À cet effet, vous pouvez là aussi vous servir d’un scellant acoustique.

Si cette solution s’avère inefficace, il est temps de remplacer les fenêtres existantes. Le cas échéant, optez pour des modèles à double ou triple vitrage. Comme les portes, il y a aussi des fenêtres spéciales insonorisation.

La peinture absorbante

Une fois appliqué, ce type de peinture forme une couche insonorisante. Les fabricants avancent que ces produits sont capables de réduire jusqu’à 30% des bruits.

L’insonorisation avec des étagères

L’idée peut sembler farfelue, mais les mobiliers remplis de livres ont prouvé leur efficacité dans le blocage des hautes fréquences. Créant une barrière contre les sons indésirables, les étagères bien garnies de livres aident à lutter contre la réverbération des sons.

Les accessoires favorisant l’insonorisation

Même si leur niveau d’absorption des bruits reste limité, les accessoires tels que tapis, moquettes, rideaux isolants contribuent à lutter contre les bruits ambiants.

L’insonorisation avec un sous-plancher

C’est aussi une solution éprouvée pour favoriser l’insonorisation. Elle requiert toutefois l’enlèvement du revêtement en surface que vous devrez réinstaller en rénovation.

Isoler les tuyauteries et limiter les bruits vibratoires

En vue de limiter les bruits qui émanent de votre habitation, faites l’acquisition de dispositifs d’isolation pour vos tuyaux (appelé aussi calorifugeage) afin de limiter les vibrations engendrées par l’écoulement de l’eau.

Par ailleurs, vous trouverez également des matériaux de support capables de retenir le bruit des électroménagers chez les quincailleries ou les magasins de bricolage. Bien que ces astuces fonctionnent pour l’insonorisation de la maison, elles restent des étapes précédant d’autres opérations impliquant des travaux d’isolation phonique.

L’insonorisation d’un appartement : comment procéder ?

Bon nombre de particuliers considèrent les nuisances sonores comme la principale raison de déménager. Cependant, vous éviterez d’en arriver à une telle situation extrême en isolant correctement votre appartement. Pour commencer, identifier d’où viennent les bruits afin de traiter le problème à la source.

Quelles sont les différentes manières d’insonoriser son appartement ?

Comme les sons résonnent surtout dans les espaces vides, meublez votre appartement autant que possible. Tuez les réverbérations en posant des tapis ou moquettes ou installez des doubles rideaux bien denses. Pour le sol en plastique, vous pouvez utiliser de la sous-couche spéciale vinyle ou vous tourner vers la sous-couche en aggloméré fabriqué en caoutchouc.

En copropriété, misez sur les revêtements de sol souples et amortissants comme la moquette spéciale insonorisation pour gagner de précieux décibels. Renforcez l’insonorisation de l’appartement en peignant les murs et le plafond avec une peinture insonorisante. En recourant à cette solution, vous étouffez entre 3 à 15 décibels de bruits, selon les fréquences. Soyez tout de même conscient de la nécessité de procéder élément par élément quand ces premiers palliatifs appartenant au domaine de la déco et du bricolage sont insuffisants.

Le calfeutrement des ouvertures

Là où l’air passe, le son et donc le bruit arrive à passer. Les bruits extérieurs s’immiscent souvent par les portes et les fenêtres mal calfeutrées ou avec une étanchéité défaillante.

Isoler le plafond et les murs

Les bruits à l’étage du dessus sont souvent les plus dérangeants. Ce sont généralement des bruits de pas et des bruits d’impact. Par ailleurs, l’isolation phonique devient urgente si vous habitez en dessous et que vous parvenez à entendre les conversations. En ce sens, outre l’isolation en plaque de plâtre, vous pouvez recourir aux plaques et des rouleaux de sous-plafond. Les faux plafonds acoustiques sur ossature en métal s’annoncent aussi efficaces.

Et pour les murs, on peut les isoler par l’intérieur, poser un nouveau revêtement que l’on va renforcer avec l’application d’un enduit spécifique. Vous pouvez aussi envisager la pose de plaques phoniques ou de barres résilientes à même le revêtement existant. Pour en savoir plus, lisez cet article sur l’isolation.

Attention : l’insonorisation et l’isolation phonique sont des exercices complexes requérant l’intervention d’experts en acoustique ou des bureaux d’étude spécialisés.

Vous avez un projet de rénovation pour votre maison ?

Nos partenaires peuvent vous aider, demandez votre devis en ligne gratuitement.

Vous aimerez aussi

Réagir à l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Formulaire de contact

    Confiez-nous votre projet ou collaborons ensemble.

    Vos informations personnelles

    Suivant

    Sujet de votre demande d'information

    Ce site est protégé par reCAPTCHA, cette fonctionnalité est soumise aux règles de confidentialité et aux conditions d'utilisation de Google.