l'isolation de la maison

Garantir de meilleures performances énergétiques, maîtriser sa consommation d’énergie et gagner en confort, tels sont les enjeux de l’isolation thermique. Mais pour qu’elle puisse tenir ses promesses, elle doit être faite dans les règles de l’art. Quels matériaux utiliser ? Quelles techniques employer ? Vers qui se tourner ? Autant de questions auxquelles vous devez trouver une réponse juste.

Isolation thermique : quel en est l’intérêt ?

L’isolation thermique répond tout d’abord à des impératifs d’ordre économique, dans le sens où elle contribue à la réduction de la consommation énergétique des ménages. Dans un logement en défaut d’isolation, il est plus difficile de maintenir une température agréable, étant donné qu’une partie de l’énergie se perd. Cette déperdition énergétique se fait en grande partie par la toiture (jusqu’à 30 %), mais aussi par les murs, le plancher et les ouvrants. Pour assurer le confort de votre maison, une isolation de qualité, couplée à un système de chauffage et de ventilation performant est nécessaire.

L‘isolation thermique revêt aussi une dimension écologique, sachant qu’elle permet de vivre dans une maison avec une empreinte carbone réduite. Elle vous donne les moyens de garder le contrôle de votre consommation, et de minimiser l’impact environnemental de votre habitation. Les bénéfices s’observent donc aussi bien sur le court, moyen et long terme, grâce notamment au gain en confort et aux économies réalisées sur votre facture énergétique. Il convient aussi de préciser que l’isolation valorise le logement, ce qui peut induire une surcote lors d’une vente ou d’une location.

Isolation par l’intérieur ou l’extérieur : que choisir ?

Quelle est la meilleure façon d’isoler une maison, par l’intérieur ou par l’extérieur ? Pour vous décider, vous devez cerner au préalable les avantages et les inconvénients de ces deux techniques.

Isolation par l’intérieur : que faut-il en retenir ?

Isoler par l’intérieur est un moyen sûr de lutter contre les déperditions énergétiques, sources d’inconfort et de surconsommation. Avec cette technique, on observe un meilleur rendement énergétique et un gain en confort acoustique. Le chantier requiert toutefois peu de temps et le coût des travaux reste relativement abordable. Dans sa mise en œuvre, l’isolation par l’intérieur se révèle quelque peu contraignante, puisque les occupants ne peuvent vivre dans le logement durant les travaux. Par ailleurs, la couche isolante intérieure restreint l’espace habitable et modifie la décoration.

Isolation par l’extérieur : la meilleure option ?

Si on se réfère au nombre de ménages qui l’adoptent, il est facile de conclure que l’isolation par l’extérieur a les faveurs du public. Les raisons d’un tel plébiscite tiennent en quelques points :

  • Les logements isolés par l’extérieur se démarquent par des performances énergétiques élevées, grâce à la réduction des ponts thermiques et à une meilleure inertie thermique ;
  • L’espace de vie est préservé et les occupants ont le loisir de continuer à vivre dans le logement durant l’ensemble des travaux ;
  • L’isolation par l’extérieur modifie l’esthétique du bâtiment, raison pour laquelle elle est souvent choisie dans le cadre d’un ravalement de façade.

S’il y a des réserves à formuler par rapport à cette technique, elles concernent son coût élevé et les écueils administratifs à surmonter pour se conformer aux règles d’urbanisme de votre commune. Une déclaration préalable de travaux est, en effet, exigible en cas d’aménagement conduisant à un changement esthétique de la façade d’un bâtiment.

Isolation thermique : quels matériaux privilégier ?

L’efficacité de votre isolation ne dépend pas uniquement de la technique employée, mais aussi surtout des matériaux utilisés. Même si plusieurs isolants sont proposés sur le marché, ils ne se valent pas, certains étant beaucoup plus performants que d’autres. Vous retrouverez sur la liste des matériaux les plus utilisés, les laines animales et végétales, sans oublier les matériaux synthétiques, à l’instar du polyuréthane et du polystyrène extrudé. Mais comment choisir le bon matériau ?

Pour cela, vous devez vous pencher sur certaines caractéristiques comme le temps de déphasage, la résistance thermique, l’épaisseur et la résistance au feu. Assurez-vous de la compatibilité des isolants choisis avec les matériaux composant votre construction. L’emplacement géographique est un autre critère à considérer avec attention, puisqu’il peut jouer sur les performances des isolants. Le choix de ces derniers est donc corrélé aux conditions climatiques dans lesquelles vous vivez (région chaude ou froide). Selon que vous souhaitez isoler des combles perdus ou aménagés, des murs, le toit ou le plancher, votre choix ne se portera pas forcément sur les mêmes matériaux.

Indépendamment de toutes ces considérations, certains matériaux sont plébiscités pour leurs performances et sont naturellement plus utilisés : la laine ou la fibre de bois, la ouate de cellulose, la laine de roche et la laine de verre. Même s’ils diffèrent par leurs propriétés, ils assurent généralement une bonne isolation thermique et permettent de se conformer aux exigences de la norme RT 2020.

Isolation : tirer profit des aides financières disponibles

Entreprendre des travaux d’isolation demeure un investissement assez lourd. Pour alléger cette charge, vous pouvez compter sur diverses aides financières proposées par l’État. Il s’agit entre autres de MaPrimeRénov’, de l’Éco-PTZ et de la TVA à 5,5 %. Comme vous pouvez le deviner, le bénéfice de ces aides est soumis à des conditions précises.

En tant que propriétaire bailleur ou occupant d’un logement de plus de 2 ans, dont vous vous servez comme résidence principale, vous pouvez prétendre à MaPrimeRénov’. Aucune condition de revenus n’est appliquée, mais le recours à un professionnel certifié RGE est impératif.

L’Éco-PTZ vous sera accordé dans le cadre de l’exécution de travaux portant sur l’isolation thermique des murs, des planchers bas, des portes et fenêtres et de la toiture. Vous pouvez aussi y avoir droit si vous comptez installer un système de chauffage alimenté par une source d’énergie renouvelable. Cumulable avec MaPrimeRénov’, l’Éco-PTZ est accordé sans conditions de ressources. Sans surprise, les services d’un professionnel RGE sont également requis.

La TVA à 5,5 % fait partie des mesures incitatives mises en place par les pouvoirs publics pour accélérer la transition énergétique. Vous pouvez toucher cette aide sur l’ensemble des travaux visant à améliorer la performance énergétique de votre logement. Détail important : sa construction doit remonter à plus de 2 ans.

En dehors des aides de l’État, des subventions sont mises à la disposition des contribuables par des organismes comme l’Anah et les collectivités locales.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?