Plus de 30 % des Français souffrent du bruit dans leur habitation, majoritairement lorsqu’ils vivent en appartement, selon le baromètre Qualitel d’octobre 2017. Pourtant ces nuisances peuvent être solutionnées en renforçant l’isolation phonique de la maison. Mais avant toute action, il est important d’identifier l’origine et le type de bruits.

Les différentes étapes pour bien isoler

Avant de se lancer dans des travaux, il est indispensable de déterminer précisément le type et l’origine des bruits qui nuisent à votre confort. Vous pourrez ensuite repérer les parois de l’habitation qu’il faudra isoler et en reconnaître la nature (briques, béton, cloison, plancher bois, etc.) pour choisir l’isolation acoustique la plus adaptée.

Quelle mesure et quel type de bruit ?

Après le coucher, vos enfants sont réveillés par les bruits de la vie courante dans les pièces de vie de la maison ? Vous entendez vos voisins du dessus marcher dans leur appartement ? Il est nécessaire d’identifier ces bruits nuisibles et d’en mesurer le volume sonore pour apporter une solution d’isolation phonique adaptée.

Il existe ainsi 3 grands types de bruits pouvant impacter votre confort et celui de vos proches au quotidien :

  • Les bruits dits aériens : ils se diffusent dans votre habitation par les interstices des fenêtres, des portes ou des ventilations. Ils peuvent provenir de l’extérieur, comme le trafic routier, ou de l’intérieur, comme la télévision.
  • Les bruits d’impact : ils se propagent dans la structure du bâtiment par vibration. Il s’agit souvent de la chute ou des mouvements d’objets, du bruit de pas,…
  • Les bruits d’équipements : de nombreux appareils ou systèmes peuvent émettre des nuisances sonores, comme votre chaudière, les tuyauteries, l’ascenseur, etc.

En ce qui concerne le volume sonore, sachez par exemple qu’un tic-tac de montre représente 20 dB. Un lave-vaisselle en fonctionnement émet 60 dB. Le passage d’un train mesure 80 dB. Alors que le décollage d’un avion est estimé à 140 dB. On qualifie d’ailleurs un bruit de « très bruyant » à partir de 70 dB.

Quelle solution d’isolation phonique envisager ?

Quelle que soit la nuisance sonore, les matériaux d’isolation thermique ont bien souvent un impact sur la propagation du bruit, grâce à leur composition. Du fait de la loi de masse, plus un matériau a une densité élevée, plus il atténuera les bruits.

Isolation des murs et des cloisons

Pour plus de simplicité, installez des panneaux de cloison en sandwich ou des contre-cloisons maçonnées. Il est également possible d’utiliser de l’isolant positionné sur une ossature de métal et de plaques de plâtre.

Isolation des sols

Installez un revêtement comme une moquette épaisse ou un parquet flottant. Pensez également aux faux plafonds comportant un isolant qui cassera la diffusion des ondes sonores. Les dalles flottantes comprennent aussi une couche isolante, aux performances très élevées, mais elles nécessitent des travaux de grande ampleur.

Isolation des menuiseries

Il est impératif d’avoir des fenêtres et portes en bon état. Optez pour du double vitrage asymétrique ou à isolation renforcée, dont les performances phoniques sont plus importantes (au-delà de 35 dB). Privilégiez également des châssis disjoints qui limitent la propagation des bruits aériens.

[Focus] Tous les bâtiments neufs doivent respecter la réglementation définissant les performances acoustiques nécessaires. Renseignez-vous avant d’envisager des travaux.

[Conseil du pro] Faites appel à un professionnel pour mettre en place simultanément une isolation phonique et thermique, qui améliorera votre confort.

Article rédigé par Marie DUBUC en novembre 2017

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

logo tendance-travaux blanc
ActualitésÀ proposLexiqueEmploiNous contacter

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?