Agrandir son habitation est le rêve de nombreux propriétaires. Cependant, la tâche est vaste et complexe : ne paniquez pas ! Il existe de grands principes permettant de structurer sereinement son projet. Penser cette aventure de A à Z sans se laisser prendre par le temps et anticiper les déconvenues est primordial ! Suivez ces quelques conseils pour éviter les pièges de cet épisode dont vous vous souviendrez encore toute votre vie…

Quel type d’extension et pourquoi ?

Les raisons qui président à votre envie de faire des travaux doivent être définies au préalable. En effet, se poser les bonnes questions lors de la phase de conception du projet est fondamental ! Cela vous permettra de formuler vos souhaits et de vous engager dans un contrat moral qui nourrira toutes les étapes de la rénovation. Evaluer vos besoins, définir les points forts et les points faibles du bâti, envisager un audit énergétique si vous souhaitez créer une extension basse consommation… Tout est envisageable mais tout doit être structuré afin d’achever cette aventure. Des extensions ? il en existe de toutes sortes : horizontales, verticales ou en surélévation, par décaissement et non attenante… Votre choix dépendra de vos objectifs définis dès le départ, de vos besoins, du contexte du bâti existant et de votre budget. Par exemple, si vous posséder du terrain, vous pourrez construire aisément une extension de maison horizontale. Vous pourrez ainsi construire un garage ou une véranda que vous pourrez valoriser par la suite.

Organiser son projet pour éviter les étapes chronophages

L’idéal pour arriver au bout de son projet d’extension est de se faire accompagner. Un faisceau d’acteurs peut donc se greffer et vous aider à différentes étapes afin de fluidifier la rénovation. Dans la phase de conception, après avoir formulé vos besoins et mené des recherches, il est intéressant de faire appel à un architecte. Ce professionnel du bâti vous aidera à concrétiser votre vision dans l’espace en fonction des nécessités architecturales. Accompagné de votre plan en 3D et de conseils précieux, vous pourrez vous rendre auprès des artisans pour effectuer vos devis. A cette étape, il est certainement utile d’engager un “assistant à maîtrise d’ouvrage”. Véritable chef d’orchestre, il organise la venue des artisans, s’occupe de relire vos devis, de participer aux réunions de chantier et de veiller à la réalisation des travaux selon vos souhaits en temps voulu. N’hésitez pas à faire appel à cet intermédiaire pour éviter de vous décourager !

Des démarches administratives à prévoir

Vous serez soumis à des obligations légales que vous devrez anticiper. Planifier son projet c’est aussi intégrer ces contraintes. Il faudra vous renseigner sur le PLU (plan local d’urbanisme) ou PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) qui conditionnera l’existence même du projet. Le CAUE (Conseil Architecture Urbanisme Environnement) de votre département vous guidera dans ce labyrinthe de règles d’urbanismes en vigueur. Une demande de permis de construire sera obligatoire si l’extension de maison envisagée ajoute 40m2 de surface de plancher. En revanche, si la superficie est comprise en 5 et 40m2, une déclaration des travaux suffira. Avant de vous lancer, soyez donc bien vigilant en vous renseignant sur les démarches à effectuer auprès du service urbanisme de votre ville ou commune !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?