13 minde lecture
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Lexique : connaissez-vous la toiture et ses finitions ?

lexique  connaissez vous la toiture et ses finitions

Toiture, charpente, couverture et finitions ont un vocabulaire très spécifique et pointu. Que l’on parle d’architecture, de technique ou de matériau, il est facile de s’y perdre et de ne rien comprendre. Pour vous aider, voici un lexique complet chargé de vous éclairer pour mieux comprendre ce qui se passe sur et sous le toit de votre maison.

La toiture

La toiture est la partie supérieure d’un bâtiment dont l’objectif premier est de protéger l’intérieur de celui-ci contre les intempéries.

La charpente

C’est la structure porteuse de la toiture sur laquelle repose la couverture. La charpente est composée de nombreux éléments :

  • Abside : toiture en forme de demi-cône. Une abside peut être raccordée à deux versants de toit tout comme elle peut être placée contre un mur.
  • Assemblage tenon-mortaise : assemblage entre deux pièces sans vis souvent utilisé pour assembler les différents éléments d’une charpente.
  • Chevron : longue pièce de bois servant à soutenir les voliges ou liteaux. Les chevrons vont aider à répartir le poids de la couverture.
  • Échantignole (ou tasseau d’arbalétrier) : pièce de bois servant à maintenir une panne. Elle est fixée à l’arbalétrier.
  • Ferme : élément de charpente non déformable chargé de supporter le poids de la couverture d’une toiture. La ferme de charpente peut être en bois ou en métal. Elle est constituée de plusieurs éléments (entraits, arbalétriers, poinçon et contrefiches) et est placée perpendiculairement aux murs. Les fermes sont reliées les unes aux autres par des pannes de charpente.
  • Panne : pièce horizontale de bois ou de métal servant de support au système de couverture (chevrons, liteaux, etc.). Les pannes sont posées sur les fermes qu’elles relient entre elles. Selon l’endroit où elles sont situées dans la charpente, on parlera de panne faîtière (au sommet), pannes ventrières ou intermédiaires et de pannes sablières (extrémité de la pente).
  • Pignon : surface triangulaire aux extrémités d’un bâtiment.
  • Rive de toit : bordure délimitant un versant de toiture. Elle peut être droite ou biaise. La rive peut également être en saillie (sortante ou rentrante) ou non.
  • Toit à pignon : possède seulement deux versants contrairement à un toit en croupe dont la couverture de toiture se fera sur trois ou quatre pans.
  • Toit en croupe : toit formé de quatre ou trois versants à l’inverse d’un toit à pignon dont la toiture n’est composée que de deux versants
  • Toiture à tourelle : toiture de forme arrondie. Ce type de toiture ne possède qu’une seule pente.
  • Versant : pan de la couverture de la toiture. Le terme « Rampant » désigne également cette partie de la toiture.

Les combles et l’isolation

  • Comble : espace entre le dernier plancher et la toiture. La charpente du bâtiment y est généralement visible. Les combles peuvent être aménagés ou inhabitables (combles perdus).
  • Isolation par soufflage : technique d’isolation qui consiste à souffler de l’isolant plutôt que d’utiliser des panneaux ou rouleaux d’isolant.
  • Isolation sous rampants : technique d’isolation qui consiste à fixer des panneaux ou des rouleaux d’isolant sous les chevrons. Un parement de finition est ensuite posé contre l’isolant.
  • Mansarde (ou comble à la Mansart) : comble brisé séparant un versant de toiture en deux parties (le brisis et le terrasson). Une toiture mansardée aura donc deux pentes différentes.
  • Sarking : technique d’isolation par l’extérieur.

La couverture de toit

La couverture est la partie du toit assurant l’étanchéité supérieure afin de protéger le bâtiment des intempéries. Ce revêtement repose sur la charpente, structure porteuse du toit.

  • Abergement : ouvrage servant à assurer la continuité de l’étanchéité entre les accidents de toiture et la couverture afin que l’eau ne s’infiltre pas à travers la charpente. Les abergements (ou solins) sont généralement réalisés en métal (zinc, cuivre, acier galvanisé, aluminium…).
  • Accident de toiture : pénétration de la toiture par un élément comme une souche de cheminée, un élément de ventilation, une lucarne, une chatière, une trappe d’accès, un châssis ou encore des panneaux solaires.
  • Ardoise : matériau naturel (schiste) souvent utilisé comme matériau de couverture de toiture. Les ardoises peuvent également être fabriquées en fibrociment.
  • Arêtier : ouvrage d’étanchéité situé au niveau de la ligne saillante formée par la rencontre de deux versants d’une toiture. L’arêtier est l’inverse de la noue.
  • Bardeau de bois (ou tavaillon de bois) : planche fine de bois servant au bardage de la toiture. Les bardeaux sont fixés sur les voliges ou par recouvrement (double ou simple).
  • Chatière (ou tuile chatière) : élément de couverture comportant une ouverture servant à assurer l’aération de la sous-toiture (combles, greniers, espace sous la couverture…) pour limiter les problèmes d’humidité. À la différence de l’outeau, la chatière est directement intégrée à la structure du toit.
  • Écran de sous-toiture : élément d’étanchéité (film ou feuille) fixé entre la charpente et le matériau de couverture.
  • Égout : partie inférieure d’un versant de toit.
  • Latte (ou liteau) : pièce de bois sur laquelle on accroche les matériaux de couverture de la toiture. Les lattes sont clouées sur des contre-lattes ou sur le voligeage s’il existe. L’ensemble de la pose des liteaux est appelé « liteaunage » ou encore « lattis ».
  • Noue : angle rentrant formé par la rencontre de deux pans de toiture. Le creux formé par la jonction de ces deux versants doit être correctement conçu afin d’assurer l’étanchéité de la toiture. La noue est l’inverse de l’arêtier.
  • Porte-solin : profilé fixé à la partie maçonnée. Il peut être installé dans certains cas afin de fixer les solins pour qu’ils soient reliés à l’accident de toiture.
  • Solins : pièces métalliques ou tôles qui composent l’abergement.
  • Tuiles : matériau de couverture d’une toiture en terre cuite, en béton ou en bois. On en trouve aujourd’hui de nombreux types caractérisés par des modes de fixation et principes d’étanchéité différents.
  • Tuile à canal (ou tuile ronde) : tuiles en forme de gouttière généralement utilisées sur les toits à faible pente (25 à 40 %).
  • Tuile à emboîtement (ou tuile mécanique) : tuiles industrielles s’emboîtant les unes dans les autres pour assurer l’étanchéité de la toiture.
  • Tuile plate : tuile rectangulaire pouvant être accroché au liteau à l’aide d’un ergot. La tuile plate est souvent utilisée sur les toits à forte pente.
  • Volige : pièce de bois de forme rectangulaire que l’on fixe sur les chevrons et destinées à faire écran sous la toiture. Les voliges ne sont pas emboîtées et sont disposées de façon à réaliser un plancher continu afin de supporter les liteaux et les matériaux de couverture de toiture. Les voliges forment le voligeage.

Les ouvertures

Les ouvertures sur une toiture concernent les éléments permettant « d’ouvrir » le toit sur l’extérieur depuis l’intérieur. Ces ouvertures ne sont pas toujours accessibles par l’humain. Voici les éléments les plus courants :

  • Conduit de fumée : ouverture spécifique servant à évacuer les fumées des chaudières, inserts ou foyers (ouverts et fermés) vers l’extérieur.
  • Lucarne : ouverture de toiture qui est généralement en saillie et n’est donc pas dans l’alignement du toit. La lucarne est composée d’une fenêtre et de deux faces latérales. La couverture de la toiture se prolonge au-dessus de la lucarne. Il existe aujourd’hui de nombreux types de lucarnes (œil-de-bœuf, outeau, capucine, rampante…). Par abus de langage, on appelle souvent toutes les lucarnes « chien-assis ».
  • Lucarne rampante (ou chien-couché) : lucarne de petite taille au toit plat dont la pente est dans le même sens que la pente du pan de toit principal.
  • Lucarne retroussée (ou chien-assis) : lucarne de petite taille au toit plat dont la pente est inversée par rapport à la pente du pan de toit principal.
  • Puits de lumière (ou fenêtres-verrières) : fenêtres incluses dans la toiture servant à faire entrer la lumière naturelle dans un bâtiment par le dessus. Il existe plusieurs types de fenêtres de toit : fenêtre de toit à vitrage courbe, fenêtre de toit à vitrage plat pour toit plat, fenêtre verrière coupole, verrière en caisson incliné pour toit-terrasse, verrière modulaire ouvrante ou coulissante ou encore verrière pyramidale.
  • Outeau : lucarne à façade triangulaire. L’outeau est généralement utilisé pour aérer les combles. À la différence de la chatière, l’outeau n’est pas directement intégré dans la structure de la toiture et possède sa structure propre.
  • Fenêtre de toit : ouverture directe sur la toiture. Les fenêtres de toit peuvent avoir différents sens d’ouverture : à rotation, à projection, motorisée, fenêtre balcon. Velux, Fakro, et Roto, sont les marques de fenêtres de toit les plus connues.

Les finitions et accessoires

  • Arrêt de neige : élément de toiture en métal ou en bois empêchant la neige accumulée sur le toit de glisser brutalement. Les arrêts de neige sont également appelés « becs à neige », « stop neige », « garde neige » ou encore « crochet à neige ».
  • Avant-toit (ou débord de toit) : partie d’un toit surplombant la face d’un mur. Un avant-toit fait généralement saillie et dépasse du côté du bâtiment. C’est un élément esthétique chargé de finaliser l’étanchéité de la toiture, protéger le bâtiment des intempéries et créer de l’ombre.
  • Chéneau : canal directement posé sur le toit à la base de la toiture ou entre deux versants et chargé de récupérer les eaux pluviales.
  • Closoir : accessoire en métal, plastique ou matériau bitumeux chargé d’assurer l’étanchéité du faîtage ou d’un arêtier. Le closoir est disponible sous forme de rouleaux à dérouler et est agrafé ou cloué au faîtage.
  • Crapaudine : pièce de métal en forme d’araignée chargée de retenir les débris (branches, feuilles…) susceptibles de boucher la gouttière. Une crapaudine se place à l’entrée de la descente. Elle assure le bon écoulement des eaux pluviales et doit pour cela être nettoyée régulièrement.
  • Dauphin : extrémité inférieure de la descente d’eaux pluviales. Traditionnellement en fonte, le dauphin est un élément coudé qui conduit l’eau à un regard.
  • Descente d’eaux pluviales : ensemble des éléments recueillant les eaux pluviales de la gouttière ou du chéneau. La descente est généralement en métal ou en PVC et conduit l’eau jusqu’au sol.
  • Embarrure : technique de pose des tuiles faîtières sans closoir et avec du mortier.
  • Épi de faîtage (ou poinçon) : élément décoratif que l’on peut placer sur le faîtage de la toiture. L’épi de faîtage protège également la partie fragile du faîtage.
  • Faîtage : ligne de toit reliant les deux versants de la toiture.
  • Faîtière (ou tuile faîtière) : tuile spécifique qui recouvre et assure l’étanchéité du faîtage.
  • Gouttière : canal en métal ou en PVC suspendu et accroché à la toiture. La gouttière est chargée de récupérer les eaux pluviales et part de l’égout du toit.
  • Tuile lanterne : tuile spécifique formant une ouverture dans la toiture. Elle surmonte un tuyau de sortie de ventilation.

N’oubliez pas d’utiliser un logiciel de devis et de factures

Tous les termes que nous avons pu évoquer sont importants puisque les artisans doivent également les renseigner sur le devis. Cela permet de savoir quelles interventions seront réalisées et sur les parties précises de la toiture. Certes, les particuliers n’ont pas toujours une véritable connaissance, mais si vous constatez des vices ou des problèmes, vous pourrez cibler plus facilement la faute de l’artisan. Le site Obat vous propose donc un logiciel spécifique qui gère à la fois les devis et les factures.

  • Cette solution est très simple même pour les novices, vous pouvez donc renseigner tous les éléments et facturer rapidement les prestations.
  • Vous pouvez également avoir des modèles, cela permet de gérer plus aisément toutes les factures.
  • L’interface est simple, vous aurez également une aide interactive et le support est disponible tout au long de la semaine.
  • Vous pourrez même transmettre les devis et ces experts s’occupent de gérer une bibliothèque.
  • Vous aurez alors des documents dignes des plus grands professionnels et c’est un gage de qualité et de sécurité auprès des clients.

Plusieurs fonctionnalités assez populaires sont au rendez-vous avec ce logiciel qui est compatible avec les Smartphones, les tablettes et les ordinateurs même les Mac. Vous avez donc un calcul des marges, la mise en place d’une bibliothèque, les devis ainsi que les factures. Le design de ce logiciel est assez simple, il permet de trouver rapidement toutes les informations et la prise en main est donc rapide. Il suffit de se focaliser sur les avis des clients pour comprendre que ce produit est sans doute le plus réjouissant. Certains artisans utilisent encore Excel pour gérer les factures et les consignes ne sont pas intuitives, d’où l’intérêt de passer à un véritable logiciel qui pourra aussi améliorer votre image de marque.

Vous avez un projet de rénovation pour votre maison ?

Nos partenaires peuvent vous aider, demandez votre devis en ligne gratuitement.

Vous aimerez aussi

5 réponses

  1. Maisons Patze à dit :

    Voilà un lexique complet qui permettra aux moins bricoleurs de comprendre rapidement les principaux termes utilisés lorsqu’on parle des détails d’une toiture… Merci !

  2. serrurier lyon à dit :

    Vous devriez proposer souvent des articles techniques de ce genre. ça aide bien les gens, pour ma part en tout cas.

  3. Anonyme à dit :

    Merci pour toutes ces définitions. On s’y perd souvent :p

  4. CACHOT à dit :

    avec un schéma, ce serait encore plus précis

  5. Raurureau à dit :

    Comment appelle t-on les éléments placés derrière les planches de rive, fixés à l’horizontal çad perpendiculairement au mur et à la rive.

Réagir à l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Formulaire de contact

    Confiez-nous votre projet ou collaborons ensemble.

    Vos informations personnelles

    Suivant

    Sujet de votre demande d'information

    Ce site est protégé par reCAPTCHA, cette fonctionnalité est soumise aux règles de confidentialité et aux conditions d'utilisation de Google.