6 minde lecture
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Pour le maintien à domicile des seniors, diverses solutions proposées !

happy senior couple using digital tablet

Rester à domicile le plus longtemps possible est un vœu largement partagé par les seniors, mais une certaine anticipation est alors nécessaire pour créer de bonnes conditions. L’aménagement du logement et le recours à certains services en font partie. Ils ont un coût, mais des aides financières existent pour les faciliter. 

Adapter son logement

Les chutes, dont le risque augmente avec l’âge, représentent près de 3 accidents sur 4 pour les plus de 65 ans. Compte tenu de la gravité des conséquences qu’elles peuvent avoir (perte d’autonomie, parfois décès), un aménagement du domicile visant à supprimer tout ce qui pourrait en être à l’origine ou causer une blessure s’impose. La salle de bains, pièce la plus dangereuse, doit retenir prioritairement l’attention : douche à l’italienne avec assise ou baignoire à porte, barres d’appui, tapis antidérapants, robinets thermostatiques sont à fortement privilégier. En cas d’étage, l’escalier peut être équipé d’une rampe ou même d’un monte-escalier. Enfin, pour l’ensemble du logement, disposer d’un bon éclairage, bannir les fils électriques dans les lieux de circulation et en dégager tout ce qui peut les encombrer, s’équiper d’appareils électroménagers ou de communication adaptés sont indispensables.

Recourir à certains services

Le maintien à domicile d’une personne âgée peut nécessiter le recours à des services en vue de lui apporter une assistance dans certains actes de la vie quotidienne. Ainsi, peut-elle se faire accompagner par un service d’aide à domicile – une auxiliaire de vie – qui interviendra dans différents domaines : aide au lever/coucher, à l’habillage, aux courses, au repas, au ménage, aux sorties, etc. Elle peut aussi opter pour un service de portage de repas à domicile. 

Pour sa sécurité, la personne âgée peut choisir, pour se rassurer, de recourir à un service de téléassistance lui permettant de donner l’alerte en cas de problème grâce à un appareil activable qui la mettra en relation soit avec un proche soit avec une plateforme dédiée. 

Et pourquoi pas installer de la domotique chez nos aînés ?

Pour faciliter la faisabilité des tâches quotidiennes, de plus en plus de personnes se tournent vers la domotique. En effet, cela permet d’automatiser un grand nombre de tâches et surtout permet de gagner en confort de vie ! 

Depuis son canapé et son smartphone, le senior peut préchauffer son four en amont pour le repas, ouvrir et fermé le portail à distance, lancer l’arrosage automatique pour le jardin ou encore, s’il s’est absenté pendant plusieurs jours, déclenché à distance son chauffage pour ne pas avoir trop froid en arrivant. Attention tout de même, la technologie à ses limites et si une panne électrique se déclenche, la maison pourrait être entièrement bloqué. Assurez-vous alors d’avoir un système de réglage manuel pour réinitialiser l’ensemble des installations au sein du foyer pour pouvoir profiter de sa maison le plus sereinement possible. 

Les aides financières pour le maintien à domicile

Un certain nombre d’aides financières existent, générales ou spécifiques, pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. 

L’ANAH

Pour l’aménagement du logement, l’ANAH (l’agence nationale de l’habitat) prévoit des aides pour les travaux permettant d’améliorer ou d’adapter le logement à la perte d’autonomie liée au vieillissement ou à une situation de handicap (remplacement d‘une baignoire par une douche ou installation d’un monte-escalier par exemple). Il faut que le logement ait été construit il y a plus de quinze ans et que les ressources de la personne n’excèdent pas un certain plafond. Le montant de l’aide peut couvrir selon le cas de 35 à 50 % du coût des travaux (dans la limite de 20 000 € HT). 

Action Logement

S’adressant aux retraités de plus de 70 ans ou de plus de 60 ans s’ils sont en perte d’autonomie, un autre organisme, Action Logement, prévoit, sous conditions de revenus, une aide allant jusqu’à 5 000 € pour aménager les espaces sanitaires du logement afin de les rendre plus accessibles et plus sûrs (douche à l’italienne avec sol anti-dérapant, WC rehaussés et de nombreux travaux connexes). 

L’APA

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) est destinée aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie et dépend, pour son montant, des revenus du bénéficiaire et de son degré de dépendance.

Ce dernier est déterminé par une équipe médico-sociale du département de résidence (classement en Gir 1, Gir 2, Gir 3 ou Gir 4, le Gir 1 désignant les personnes les plus dépendantes). L’aide définie par cette équipe peut porter, selon les besoins, sur l’aide à domicile, l’achat d’équipements techniques (fauteuil roulant, déambulateur, lit médicalisé…) ou encore la réalisation de travaux d’aménagement du logement.

L’APA n’est pas cumulable avec d’autres aides (PCH, prestation de compensation du handicap, ou PCRTP, prestation complémentaire pour retour à tierce personne).

La PHC

Versée par les départements sans condition de ressources (mais son montant varie en fonction de ces ressources), la PCH s’adresse aux personnes de moins de 60 ans (sauf si les conditions étaient déjà réunies avant), touchées par un handicap, source de diminution importante de leur autonomie. Parmi ses différents volets figurent le recours à un service d’aide à domicile, l’équipement en un matériel particulier (fauteuil roulant) et l’aménagement du logement (la prise en charge peut aller de 50 à 100 % du coût des travaux dans la limite de 10 000 € par période de 10 ans).

Le crédit d’impôt

Les personnes âgées percevant l’APA et les personnes en situation de handicap titulaires de la carte mobilité inclusion (carte d’invalidité, de priorité et de stationnement) ont droit à un crédit d’impôt à hauteur de 25 % des dépenses consacrées à l’amélioration de l’accessibilité de leur logement ou à hauteur de 50 % de celles relatives au recours à des services d’aide à domicile (aide aux actes de la vie quotidienne, au ménage, aux repas). 

Les autres aides pour le maintien à domicile

D’autres aides existent, couvrant certaines situations (l’aide au retour à domicile après hospitalisation, couvrant travaux et services sous certaines conditions), ou émanant d’organismes divers tels que les CCAS (centres communaux d’actions sociales), la CNAV (caisse nationale d’assurance vieillesse qui propose « l’aide habitat ») mais aussi les autres caisses de retraite qui ont un volet social en faveur de leurs bénéficiaires (professions libérales, agents des collectivités territoriales, etc.).

Vous avez un projet de rénovation pour votre maison ?

Nos partenaires peuvent vous aider, demandez votre devis en ligne gratuitement.

Vous aimerez aussi

Réagir à l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Formulaire de contact

    Confiez-nous votre projet ou collaborons ensemble.

    Vos informations personnelles

    Suivant

    Sujet de votre demande d'information

    Ce site est protégé par reCAPTCHA, cette fonctionnalité est soumise aux règles de confidentialité et aux conditions d'utilisation de Google.